Real Estate

Feb 12 2019

Tudes sur les dons de charité, Pour une philanthropie optimale au Québec, don de charité.

#Don #de #charité


Pour une philanthropie optimale au Québec

Observations sur la philanthropie au Québec, les changements stratégiques et les outils disponibles.

Tagged with études sur les dons de charité

L’Étude sur les tendances en philanthropie au Québec en 2017 est disponible

L’Étude sur les tendances en philanthropie au Québec en 2017 menée par la firme Épisode, en collaboration avec Léger Marketing et la Banque Nationale, est maintenant disponible ici. Le communiqué de presse présentant certains faits saillants peut être lu ici.

Si je ne me trompe pas, il sagit de la 4e édition de cette étude qui permet didentifier certaines tendances importantes en philanthropie et de comparer les donateurs québécois au reste du Canada.

Si cette étude nous peint à nouveau un portrait un peu décevant des statistiques de dons au Québec en comparaison des autres provinces, au moins cette fois-ci on nous annonce une tendance positive alors que les québécois sont les seuls à avoir vu leur moyenne de don augmenter. Espérons que la tendance va se poursuivre!

Un autre aspect agréable de létude est lintroduction dune segmentation des générations dans la présentation des comportements de don. Convio le fait aux États-Unis, mais cest intéressant le ladapter au Québec. En considérant les attentes de chaque génération, On peut faire le lien avec les échelons corporatifs dans lesquels les membres de ces générations sont positionnés.

Partagez :

WordPress:

Les hommes plus généreux que les femmes ?

Voilà une affirmation qui vient contredire ce que jai toujours lu sur la question : jai toujours cru que les femmes donnent plus et plus souvent que les hommes. Mais voilà quune étude américaine récente affirme le contraire.

Est-ce possible que ce soit seulement une question de méthodologie? Le sondage sest effectué auprès de 500 personnes représentatives de la population américaine, avec une marge derreur de 4%.

Voici en infographie les conclusions de létude de marché :

Partagez :

WordPress:

Les raisons invoquées pour ne pas faire de dons de chartié

« Notre cause est difficile à vendre ». Voilà un commentaire que nous entendons assez souvent quand on travaille dans une agence offrant des services de marketing philanthropique. Cest justement ce que nous dit Serge Lareault de LItinéraire dans larticle du journal Les Affaires : « Pas facile de vendre la cause du gros barbu au coin de la rue« .

Cest indéniable, certaines causes sont plus populaires que dautres. Comme M. Lareault le dit, les maladies infantiles, le cancer ou encore les situations durgence suscitent plus de réactions émotives et probablement davantage de dons spontanés. Dans le cahier Les Affaires, le même raisonnement est également exprimé par des gens impliqués dans des causes touchant la maladie mentale et la population âgée envers qui les jeunes ne sont pas très généreux. Comme ces trois causes me touchent beaucoup, je me demande comment faire pour contourner cet obstacle…

Sil est indéniable que toutes les causes ne sont pas égales dans le coeur des donateurs, il est certain quil existe aussi de bonnes raisons pour désirer appuyer chacune des causes. Quand je pense à LItinéraire, ce nest pas le barbu au coin de la rue que je vois, cest plutôt la personne qui déploie des efforts pour reprendre sa place dans la société, qui est prête à faire de la sollicitation tous les jours tellement elle est motivée. Je pense aussi à lorganisme visionnaire qui apprend à ses bénéficiaires comment sen sortir, donc qui préconise une solution à long terme. Je vois également le fait que contrairement à bien des oeuvres de charité, je peux obtenir un produit de qualité en retour de mon don : une publication que jaime bien et dans laquelle ce sont justement des gens en voie de réinsertion qui publient des articles.

Bref, je perçois plein de choses positives, moi. Sans généraliser, jai parfois limpression que les gens impliqués dans les OSBL sont tellement près et depuis tellement longtemps de leur cause et de ses défis communicationnels, quils ne prennent pas le recul du « marché » afin de penser comme monsieur et madame tout-le-monde. Je pense quil serait même fort utile pour les OSBL de mener des groupes de discussion avec des donateurs potentiels pour découvrir quelle est la perception réelle de ces derniers face à lorganisme et sa mission en explorant les questions suivantes :

  • Quels sont les points positifs ?
  • Quels sont les points négatifs ?
  • Comment se sentent-ils face à diverses manières de présenter la cause ?
  • Pourrait-on être plus audacieux ?
  • Que connaissent les gens sur la mission, la réalité sociale ?
  • Comment perçoivent-ils dautres causes similaires ?

Selon une récente étude explorant les raisons de ne pas donner, la plus importante raison invoquée pour « se défiler » est le sentiment que le don ne peut pas vraiment faire une différence. Faire ou ne pas faire un don, cest pareil. Voilà justement un sentiment que je ne ressens pas envers LItinéraire où jai vraiment limpression que même en nachetant quune revue au coin de la rue je fais une différence, imaginez un don mensuel!

Voici les autres faits saillants de létude :

  • Outre limpression de ne pas faire une différence, la manque dargent vient rapidement justifier labsence de don. Mais 83% des répondants souhaitent faire des dons.
  • Comme 34% des non-donateurs font du bénévolat, la volonté de contribuer semble évidente.
  • 61% des non-donateurs se sentent sur-sollicités.
  • 58% croient que leur don ne servirait quà financer des dépenses administratives.
  • Près de 40% croient que cest au gouvernement de financer les OSBL avec largent des taxes.
  • En plus de ne pas ressentir pouvoir faire une différence avec leur don personnel, beaucoup de non-donateurs ne croient pas que lOSBL lui-même fait une différence.

On retient de ça que convaincre chaque donateur potentiel de limportance de son don est crucial. De même que la démonstration de laction sociale réalisés grâce à ses dons. Le fardeau de la preuve est plus présent que jamais.

Et pour terminer, voici une publicité que je trouve très efficace. On y voie un sans-abri plus âgé qui nous dit daider les jeunes dans la rue. Il ne nous demande rien pour lui-même, il nous encourage à faire une différence pour les autres. Très efficace. selon moi, ce genre de message est émouvant et présente positivement le « barbu au coin de la rue ». Donc, cest possible.


Written by CASH


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *